2 nov. 2007

Rendez nous notre pouvoir d'achat !

Je viens de lire le dernier post, titré le Catch22, de Jean David Chamboredon dans son blog.
Le style est assez mordant et l'explication légèrement technique, mais elle fait tout de même réagir.


L'auteur analyse la situation d'un couple dont les 2 membres travaillent et qui gagnent ensemble 3600 € net par mois.
Et il décompose lê coût réel salarial, donc ce que gagne réellement ce couple: cela donne grosso modo ceci:
Coût global salarial (ce que paie l'employeur pour ce travail effectué par ces 2 salariés, donc ce que ces 2 salariés gagnent réellement): 6000 euros.
Sur ces 6000 euros, 2400 partent en charges sociales et 800 en impôts et taxes divers (13%), ec qui correspond au taux de prélèvements obligatoires supérieur à 50%.

Restent donc 2 800 euros disponibles.
Si on leur ôte le coût du logement d'environ 1200 euros (région parisienne - moins cher en province, mais le couple gagnerait un peu moins ce qui revient au même), restent environ 1600 euros disponibles.

C'est à dire que quand on touche 1 euro en France, nous avons coté dépenses le droit de choisir sur le quart de cette somme. Tout chef d'entreprise est parfaitement conscient de cela, les salariés pas forcément ...

Impressionnant non ? L'analyse va un peu plus loin en expliquant que quand on dépense ensuite pour acheter un produit, n'importe lequel, une bonne part en revient à nouveau à l'état (puisque le salaire du vendeur est à nouveau payés pour moitié à l'état). Donc si vous achetez 1600 euros de marchandises et prestations chaque mois, vous en donner à nouveau 800 € pour l'état et que le prix réel des marchandises, donc votre pouvoir d'achat direct est de 800 euros.
Donc en pratique, nous n'avez le choix que sur 13 % de ce que vous gagnez rééellement.
Pour le solde c'est quelqu'un d'autre, l'état en l'occurence qui choisit pour nous.

Il corrige ensuite un peu le tir en indiquant que nous consommons également via les services régaliens de l'état (enseignement, police, justice, ...), mais on ne vous laisse pas vraiment le choix du comment à ce niveau non plus.

Le but de son article au final est d'expliquer que les tentatives poura augmenter le pouvoir d'achat en faisant baisser les prix sont ridicules (on met juste la pression sur les salariés vendeurs) et qu'une vraie augmentation du pouvoir d'achat passe forcément par la baisses des charges obligatoires.

Qu'en pensez vous ?

NB: Pour l'instant, à Nevisto, nous sommes en partie épargné grâce à notre statut Jeune entreprise innovante, qui nous exempte de certaines charges sociales.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire