20 mars 2008

Tir à vue sur les entreprises

Suite du post précédent.
Comme prévu, suite au 1er bénéfice conséquent de la SNCF, les syndicats demandent leur part du gâteau. Mais fait nouveau, les usagers aussi ...
Ce qui les fait le plus hurler est le dividende de 130 millions versés à l'état actionnaire. Les syndicats estiment que ce dividende leur revient, car il est le fruit de leur travail et non pas à l'état, tandis que les usagers exigent que ces 130 millions doivent être dépensés pour améliorer telle ou telle chose (nouveaux trains, nouvelles liaisons, ...).

On est bien en France avec un niveau de culture économique proche de 0. Et le pire est que les médias donnent la parôle à ces personnes sans évoquer vraiment les projets de la SNCF.

Il est normal qu'un actionnaire soit rémunéré pour ses investissements dans une entreprise, sinon on ne trouve plus d'actionnaire et c'est un mal très français qui handicape dfortement nos entreprises, en particulier les plus petites.
Juste une question tout de même. Pourquoi en gardant le même raisonnement, quand il y a 10 ans quand l'état s'est vu contraint de renflouer la SNCF pour 30 milliards d'euros (reprise de sa dette au niveau de l'état), ni les syndicats ni les usagers n'ont ils pas exigé la même chose: Les syndicats que c'éteint à eux de payer et non pas à l'état, et les usagers de même. Cela aurait été logique.

Ah non on est en France. Risquez votre argent dans une entreprise, et nous, qui ne prenons aucun risque, nous exigeons notre part de bénéfice si un jour il y en a, et on tirera à vue sur vous s'il y a des pertes et que soit vous ne les comblez pas, soit vous ne pouvez pas les combler.

Vous allez répondre oui mais c'est l'état, ce n'est pas un investisseur privé c'est l'argent de tous.
1ère réponse: Avec 1300 milliards de dettes, tout ce qui peut réduire un peu la facture est bienvenue.

2ème réponse. Avec les intérêts annuels, les 30 milliards de reprise de dette sont devenus depuis 10 ans l'équivalent de 45 milliards de dette (soit environ 1000 euros par français). Et avec juste 130 millions d'euros de revenus cette année, l'éta en tant qu'investisseur serait s'il était jugé juste sur ce point mauvais gestionnaire. Un actionnaire privé aurait licencié en masse. On aurait pu au moins attendre des remerciements du personnel, et non pas une part de gateau plus grosse.
Cette réponse doit toutefois être maniée avec des pincettes: En agissant ainsi il y a 10 ans, l'état a sauvegardé une desserte des transports efficace sur le territoire, et donc permis de conserver des dizaine de milliers d'emplois (donc de revenus en terme d'impots, de TVA, ... et de bien être de la population). Au niveau global, l'Etat sur ce dossier n'est donc pas si mauvais gestionnaire.

3ème réponse: Le problème est que cette attitude est généralisée et ne se limite pas aux entreprises publiques.
--> Du coup les étrangers s'ils s'implantent en France, c'est surtout pour distribuer leurs produits, et s'ils rachètent des entreprises françaises, c'est pour les développer ailleurs.
--> Et les grandes entreprises françaises, sont plus ou moins contraintes elles également de limiter leurs investissements en France et privilégient les implantations étrangères. Vous ne me croyez pas ? Depuis 20 ans en cumulé, la France est 3ème mondiale sur les investissements réalisés à l'étranger. Et entretemps, nous sommes passés de la 4ème puissance mondiale à la 6ème.
--> Et pour les TPE, PME et start-ups. Mais qui voudrait investir dans ces entreprises. C'est déjà d'autant plus risqué qu'elles sont petites, alors si en plus on rajoute le fait qu'en cas de succès, les bénéfices ne devraient pas être pour les investisseurs ... Un exemple: 10 fois moins de business angels en France qu'au Royaume Uni, pays de taille comparable. On peut bien entendu dire que c'est une question de mentalité, mais les expatriés français sont près à investir dans leur patrie d'acceuil, mais pas en France. Tandis que les expatriés des autres nations investissent prioritairement dans leur patrie d'origine ... Ce n'est donc pas une question de mentalité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire