17 févr. 2014

Comment attirer les entreprises ... et les repousser en 1 journée

Les semaines se suivent et se ressemblent pour le candidat Hollande, qui tente de faire élire la France parmi les nations attirant les investissements des entreprises, qu'elles soient étrangères ou françaises.

La semaine dernière, le "président" se déplaçait à la Silicon Valley en vantant les possibilités de créer facilement une entreprise en France, et ce face à un parterre d'entrepreneurs ultra défiant lui indiquant que le problème était les sur-taxations tout azimut mises en oeuvre par Hollande une fois les entreprises créées ...

Aujourd'hui, le même candidat réunit en France des patrons d'entreprises françaises et étrangères en tentant de les convaincre d'investir en France, paradis des entreprises selon ses promesses, et bien entendu avec la ferme intention de bien les plumer si elles investissent en France.
Malheureusement, les entreprises ne croient en rien les promesses et n'investiront que contre des engagement inaliénables.  Les magouilles ne sont pas pour elles qui ont largement les moyens de les débusquer et de s'en protéger.  Point très simple que ne comprend pourtant pas le gouvernement français, qui le même jour fait étudier au parlement une loi confiscatoire selon les entreprises, à savoir l'obligation pour elles de trouver un repreneur pour toute usine rentable qu'elles souhaitent fermer.  Sans entrer dans la polémique sur ce qu'on appelle usine rentable bien entendu, et à quel terme (les entreprises réfléchissent en retour sur investissement futur, pas en terme de rentabilité des années passées), on comprend très vite que du point de vue d'une société, être obligé de céder une usine à un concurrent, avec toute sa propriété intellectuelle et savoir faire protégé,  est totalement inacceptable.  Rien que cette loi, et il y en a des dizaines de ce type, convaincra toute entreprise de ne pas investir en France, que cette entreprise soit étrangère ou française d'ailleurs.

L'enfer est pavé de bonnes intentions:  Nos gouvernants réfléchissent aux emplois potentiellement sauvés grâce à une telle loi (à mettre au crédit de la loi) , mais ne pensent pas à tous ceux perdus du fait de la simple hypothèse de sa promulgation (à mettre au débit de cette loi).  Et il est évident qu'au total, les lois de ce type sont un vrai repoussoir ...



Pour suivre l'auteur:
Contactez Ghislain Moncomble sur Viadeo.
Ghislain Moncomble sur Google+
Ghislain Moncomble Profil Linkedin
Profil Twitter de Ghislain Moncomble
Ghislain Moncomble sur Facebook

Aucun commentaire:

Publier un commentaire