28 mars 2008

Fuzz, Calédosphere et al condamnés ... car ils sont français.

Je ne m'étend pas sur le fond de ces affaires proprement dit (il y a déjà des milliers de posts sur elles). Après Calédosphere pour des raisons certes bien distinctes, la justice française a donc condamné hier une trentaine de sites ne générant pour la plupart aucun revenu, dont le célébrissime Fuzz créé par l'auteur de Presse Citron.

Comme indiqué hier dans un autre post, cela ne va pas du tout améliorer l'image de la justice (et encore moins celle des avocats français), qui a tort ou à raison, est déjà considérée d'une part comme très éloignée des préoccupations des français, d'autre part comme au service des puissants (qui peuvent se payer des avocats) contre les quidams moyens que nous sommes.

C'est surtout et malheureusement une formidable incitation adressée à toute la high tech française, en faveur de délocalisation, au moins de ses centres de décisions, vers d'autres pays de l'Union Européenne. Un beau marché pour les sociétés spécialisées dans ce genre de transfert.
Car il ne faut pas réver: Les autres états européens, qui ont parfaitement compris l'intérêt d'Internet, ne sont pas pret de voter des lois comme celles qui sont récemment passées en France, surtout après en avoir constaté de telles dérives. Un véritable jeudi noir pour l'économie française.
Il faut ici souligner que même si cette affaire peut entacher la réputation déjà bien entammée de la justice française, cette dernière ne fait qu'appliquer la loi (ou l'interpréter quand elle n'est pas claire comme dans les affaires citées ici). Et la loi est proposée et votée par les politiques. Ici la fameuse LCEN votée l'an dernier avec une quasi unanimité droite gauche, ferait sans doute mieux d'être revue et corrigée dans l'intérêt de l'économie française.

1 commentaire: