10 oct. 2013

Cartographie des autres maux de la France

Dans mon précédent article, j'évoquais la situation actuelle des finances françaises en la ramenant à des valeurs plus compréhensives, à savoir celles des finances d'un ménage français moyen.

En résumant, cet état - ménage aurait selon le budget français 2013 des revenus annuels de 28 920 euros, des dépenses  annuelles de 36 391 euros, la différence étant comblée par  7471 euros qu'il lui faudrait emprunter pour tenir l'année ... sachant que ce ménage aurait déjà 230 396 euros, soit 8 fois son revenu annuel.

Cet état catastrophique résume à lui seul la lamentable gestion des "élites" (ce sont vraiment des élites ?) qui nous gouvernent, au plutôt sont à la tête de l'état, depuis 35 ans. De quoi donner beaucoup de crédit à ceux qui aux extrêmes de l'échiquier politique expliquent que d'autres solutions radicales seraient meilleures pour la France.
Difficile en effet d'expliquer simplement que ces alternatives radicales seraient plus catastrophiques que la gestion actuelle. à tous que ceux que proposent les autres ne peut qu'être encore plus catastrophique ... Et pourtant ...

Pour en revenir au problème français, avant de parler des éventuels voies de rebonds possibles, il faut achever la cartographie des faiblesses de ce grand malade qu'est la France.

La situation catastrophique de ses finances n'est pas en effet un constat suffisant. la France souffre au moins de 2 autres maux, qui sont bien entendu fortement liés entre eux et avec la situation actuelle:

* D'abord une sur-administration qui représente toutes catégories de secteurs publics confondus (y compris associations payées par des deniers publics, ...) plus de 50% des actifs du pays, record mondial absolu, qui explique le niveau des dépenses bien entendu. Et qui explique un taux d'imposition record, car il faut bien payer toutes ces personnes.
Et ce taux d'imposition est un gigantesque handicap pour les entreprises françaises, puisque ce taux engendre des coûts pour les entreprises, qui avant même de s'engager dans une compétition, sont mécaniquement supérieurs de 15 à 60% à ceux de ces principaux concurrents.

En simplifiant, du fait de ce taux d'imposition record, pour un employé équivalent, une entreprise française devra acquitter de 15 à 60% de plus en France que dans un des pays compétiteurs du fait de ces charges. La carte ci dessous trouvée sur Libertarien, vaut mieux qu'un long discours: elle permet de visualiser les pays qui sont plus imposés que la France: Pas de quoi pavoiser donc ...



Attention:  je ne dis pas que toutes les dépenses publiques sont inutiles,  mais il y a visiblement de larges gains possibles:  Nous ne sommes pas le pays qui réussit le mieux, qui a les meilleurs services publics, alors que nous sommes de loin dans les leaders coté dépenses publiques ...


*  Le second grand maux de la France est la complexité des lois diverses, qui entravent encore plus nos possibilités de rebonds.  Il faut dire que toutes ces personnes employées ne font pas rien et génèrent de nombreuses règles et procédures, souvent en pensant bien faire certes ...
Complexité dont certaines études ont chiffré le coût, en différentiel par rapport à l'Allemagne (pays pas très simple non plus) à 26  milliards d'euros par an, et par rapport au Royaume Uni ... à 83 milliards d'euros par an...  Quelques exemples simples pour bien comprendre:

a)  Notre code du travail:  En nombre de pages écrites avec les mêmes fontes et taille d'écriture, le code du travail français correspond au volume des codes du travail allemand, belge, néerlandais et britanniques réunis.  Rien de moins ...

b)  La complexité des règles légales auxquelles doivent se plier les communes françaises engendre un surcoût évalué à 12 milliards d'euros par an.  Pour faire simple, une petite commune ne peut même plus employer quelqu'un pour préparer les repas de la cantine scolaire locale tant les règles sont nombreuses (ce que les bambins doivent manger chaque semaine, la qualité hygiénique, ...  même les boulettes de viande sont normalisées taux maximum de ceci ou de cela, ...  Du vrai délire bureaucratique)

c) Et encore un petit exemple sur notre simplicité fiscale en une série de petites images trouvées ici, et( relatives à la fiscalité sur les plusvalues de cession, cela vaut mieux qu'un grand discours ...

D'abord pour les principaux pays européens (les cas simples donc ...)







Et comme nous on a beaucoup de gens pour penser à nous simplifier la vie, le cas français (attention cela fait mal)





Ou si vous préférez en 2 comparatifs seulement:

Tous les pays réunis d'abord:


Et la France seule contre tous


Vous imaginez bien entendu que pour respecter tout cela, les entreprises doivent faire appel à des armées de juristes et conseillers, qui coûtent très cher, et les handicapent donc encore plus dans la compétition mondiale ...


Pour suivre l'auteur:
Contactez Ghislain Moncomble sur Viadeo.
Ghislain Moncomble sur Google+
Ghislain Moncomble Profil Linkedin
Profil Twitter de Ghislain Moncomble
Ghislain Moncomble sur Facebook

Aucun commentaire:

Publier un commentaire